Perte auditive et déclin cognitif

Etude du Pr Hélène Amieva sur la surdité, les aides auditives, et le déclin cognitif (c’est-à-dire l’ensemble des activités cérébrales, telles que mémoire, langage, perception, raisonnement, décision, mouvement, attention) chez le sujet âgé.

En octobre 2015, Hélène Amieva de l’université de Bordeaux, publie un article dont l’objectif est d’étudier l’association entre la surdité, l’utilisation d’un appareillage auditif et le déclin cognitif chez la personne âgée. L’étude a commencé en 1989-90 sur un groupe de près de 3700 individus âgés de 65 ans et plus, la déficience auditive étant auto-évaluée par les sujets eux-mêmes, sur la base d’un questionnaire.

Les déficits auditifs non pris en charge augmentent les risques de démence, de dépression et de dépendance. Ce sur-risque disparaît chez les sujets appareillés

Les résultats de cette étude ont montré que les sujets âgés atteints de surdités et non-équipés d’appareils auditifs étaient significativement associés à un déclin cognitif plus important que le groupe témoin atteint également de surdité, mais équipé d’appareils auditifs. L’étude conclue donc que la surdité est clairement associée à un déclin cognitif accéléré chez le sujet âgé, mais que l’utilisation d’appareils auditifs atténue ce déclin.

Surdité associée à des symptômes de dépression et d’isolement social

La surdité est à la troisième place des problèmes de santé chroniques affectant le sujet âgé. Environ 30% des sujets âgés de 65 ans et plus sont concernés par la surdité, avec une estimation s’élevant de 70 à 90% pour les personnes âgées de 85 ans et plus. Ces personnes présentent des symptômes dépressifs et vivent un isolement social. Alors que la prévalence de la déficience auditive augmente avec l’âge, celle-ci est peu diagnostiquée et donc peu traitée : pratiquement les 2/3 des personnes âgées souffrant de surdité ne sont pas appareillées. Deux études ont mis en évidence que l’utilisation d’appareils auditifs pouvait freiner légèrement le déclin cognitif, mais les résultats n’étaient pas statistiquement significatifs, soit en raison de période de suivi trop courte (6 ans), soit pour une population testée trop restreinte. En revanche, l’étude d’H. Amieva a pu parvenir à ses résultats significatifs par un suivi sur 25 ans d’une population âgée de près de 3’700 personnes.

Références :

Self-Reported Hearing Loss, Hearing Aids, and Cognitive Decline in Elderly Adults : A 25-Year Study. Hélène AMieva, PhD, Camille Ouvrard, MSc, Caroline Giulioli, Msc, Cline Meillon, MSc, Laetitia Rullier, PhD, and Jean-François Dartigues, MD, PhD.

Hearing loss and cognitive decline in older adults. Lin FR, Yaffe K, Xia J et al. JAMA Intern Med 2013;173:293-299

Hearing loss in older adults: Who’s listening ? Lin FR. JAMA 2012;307:1147-1148.

Aging and Hearing Health: The Life course approach. Davis A, McMahon CM, Pichora-Fller KM, Russ S, Lin F, Olusnya BO, Chadha S, Tremblay KL. Gerontologist. 2016 Apr;56 Suppl 2:S256-67

Negative consequences of uncorrected hearing loss. A review. Arlinger S. Int J Audiol. 2003 Jul ;42 Suppl 2 :S17-20.